Accueil > Finances  >  

Finances

Méta

Actualités Finances

Date de création : 28/11/2017

agrandir le texte diminuer le texte taille optimale imprimer

Nouvelle Fiche zoom Finances + pour le calcul des indicateurs de structure financière Réservé aux adhérents

Dernière modification 28/11/2017

Avec le passage aux RCE, le fonds de roulement et sa variation sont devenus des indicateurs centraux de la santé d’un établissement. Mais la réforme GBCP, dont l’un des principaux enjeux porte sur la gestion de la trésorerie, nécessite désormais de prendre en compte l’ensemble des indicateurs du bilan. C’est pourquoi l’Amue vient d’éditer une fiche zoom pour aider au calcul des indicateurs de structure financière : fonds de roulement net global, besoin en fonds de roulement et trésorerie. Guirec MANCEAU, chargé de domaine Finances au Département Expertise Métier de l’Agence, nous en dit plus sur l’intérêt de cette nouvelle fiche outil.

A qui s’adresse cette nouvelle fiche zoom sur l’analyse financière ?

GM : Les indicateurs de structure financière sont habituellement calculés par les agences comptables après la clôture d’exercice. Il est important que les Directions des Affaires financières s’approprient également ces outils et en comprennent les bases. Partager les fondamentaux de l’analyse financière est un enjeu de pilotage de l’établissement.
Avec Christine ENSUQUE, également chargée de domaine Finances à l’Agence, nous avons voulu un document très court et très clair. D’abord, comment construire son bilan fonctionnel,  puis la méthode de calcul du fonds de roulement net global (FRNG), plus communément appelé fonds de roulement, du besoin en fonds de roulement (BFR) et de la trésorerie.

En quoi l’analyse financière devient indispensable dans le pilotage d’un établissement ?

GM : L’analyse financière est indispensable aux universités depuis le passage aux RCE. La comptabilité générale est un outil de pilotage, même si les gouvernances et les tutelles se cantonnent souvent au niveau du fonds de roulement. Celui-ci dit somme toute peu de chose, dans des établissements financés très majoritairement par des subventions. Ce qui est important c’est la trésorerie et les restes à payer. Il faut pouvoir répondre en permanence à cette question : suis-je en capacité d’honorer mes engagements à leur échéance ? Si la réponse est oui, même avec un fonds de roulement dégradé, tout va bien. Attention, cela ne dédouane pas l’établissement d’avoir une analyse fine de la soutenabilité de ses projets d’investissement.


La réforme GBCP a-t-elle apporté des modifications dans la manière de conduire l’analyse financière ?
GM : L’analyse financière à partir de la comptabilité générale ne change pas. En revanche, elle doit être complétée de l’analyse issue de la comptabilité budgétaire. C’est à partir de cette comptabilité qu’on peut identifier les restes à payer. La réforme fait également évoluer les conditions de soutenabilité (on ne parle plus d’équilibre) des opérateurs, justement pour se concentrer sur la trésorerie et en optimiser sa gestion. Quel intérêt de poser des verrous sur l’équilibre du compte de résultat, si l’établissement a une trésorerie abondante ? Est-ce de la saine gestion des deniers publics ?  Pour les EPSCP, le code de l’éducation devrait évoluer pour intégrer ces apports.
Au niveau de l’AMUE, nous prévoyons de faire le séminaire de retour d’expérience du mois de mars sur l’analyse financière en mode GBCP.


Téléchargez la fiche zoom