Accueil > Finances  >  

Finances

Méta

Actualités Finances

Date de création : 24/09/2004

A lire aussi :

Sur le site du Premier ministre vous trouverez un présentation du projet de loi de finances général, avec un lien vers le site du MINEFI pour une approche plus détaillée.

http://www.premier-ministre.gouv.fr/fr/p.cfm?ref=45490

Editorial de M. François Fillon qui présente les budgets de l'éducation sur le site du ministère.

http://www.education.gouv.fr/Actu/element.php?itemID=2004922145

Discours de M. François d'Aubert, dossier de presse et documents abordant les principaux points du budget vous attendent sur le site du ministère délégué à la recherche.

http://www.recherche.gouv.fr/budget/2005/index.htm

Position officielle de la CPU

http://www.cpu.fr/ActU/Actu.asp?Id=803&Inst=CPU


 

agrandir le texte diminuer le texte taille optimale imprimer

Projet de loi de finances 2005 Réservé aux adhérents

Dernière modification 24/09/2004

Augmentation du budget de l'enseignement supérieur de 3% par rapport à 2004 avec 9,4 milliards d'euros.

Augmentation du budget de l'enseignement supérieur de 3% par rapport à 2004 avec 9,4 milliards d'euros.

Les fameux 1000 emplois pour la recherche sont au rendez-vous avec 700 postes professeurs et maîtres de conférence ainsi que 150 IATOS. 150 emplois supplémentaires de maîtres de conférence sont aussi prévus au budget.

Les crédits pour les établissements augmentent de 2,3 % en passant à 1289 millions d'euros.

A noter la requalification d'emplois concernant 370 personnes qui vont passer de catégorie C à A ou B ainsi que la création de 750 postes nouveaux destinée à la résorption des emplois précaires.

Le désamiantage du Campus de Jussieu n'est pas oublié avec 163 millions d'euros d'autorisations programmes et 131 millions pour les crédits de paiement. Un effort budgétaire destiné à l'accélération des travaux pour parvenir, courant 2005, au désamiantage de 21 barres sur 38.

Toujours dans la politique des grands travaux l'achèvement de la construction du musée du Quai Branly est doté d'une enveloppe de 31 millions d'euros.

La vie étudiante voit sont budget gonfler de 35% pour atteindre 12,6 millions d'euros permettant ainsi aux mesures du rapport Anciaux de prendre effet le plus rapidement possible.

17600 étudiants supplémentaires sont attendus à la rentrée 2005.

De l'argent pour la recherche

1 milliard d'euros en plus qui vont se répartir entre le budget civil de recherche et développement (356 millions), la création de l'agence nationale de la recherche (350 millions) et des mesures fiscales (300 millions).

Pour le BCRD l'accent est mis sur l'emploi et les moyens financiers des laboratoires.

1550 créations d'emplois prévues avec une attention marquée vers le jeunes chercheurs (40 conventions CIFRE supplémentaires et 4000 nouveaux allocataires de recherche)

L' agence nationale de la recherche financera des projets sélectionnés sur des critères d'excellence. Cet organisme sera chargé, entre autre, d'assurer une application économique des résultats de la recherche.

Le volet fiscal comprend notamment un surcroît de crédit d'impôt estimé à 235 millions d'euros et un effort porté sur le soutien à l'innovation. Les entreprises impliquées dans des projets de recherche dans un pôle de compétitivité bénéficieront d'exonérations d'impôt sur les bénéfices; un nouveau contrat d'assurance-vie orienté vers la investissements à risque sera mis en place et une réforme des fonds communs de placement dans l'innovation est aussi prévue dans le projet de Loi.

Réactions

Répondant aux questions de l'AEF, Alain Trautmann, porte-parole du mouvement Sauvons la recherche, affirme que "ce budget confirme le fait que le ministère a décidé d'arrêter l'hémorragie: il n'y a pas de suppression de postes et la hausse des crédits du BCRD (budget civil de recherche et de développement technologique) va permettre de compenser le trou et le manque à gagner des deux derniers budget. mais ce n'est pas avec ce budget que l'on va pouvoir faire bouger les choses. (...) Certes le BCRD augmente mais au même moment au Royaume-Uni, les crédits progressent de 10% par an…". Il ajoute que les 700 postes d'enseignants-chercheurs supplémentaires seront insuffisants pour permettre à la recherche de se développer.

Interrogé par Le Monde Henri Audier, directeur de la recherche au CNRS craint pour sa part que l'Agence nationale de la recherche alimente "plus la recherche privée que les laboratoires publics".

Pour sa part la CPU s'interroge sur le montant des moyens en provenance de l'Agence nationale pour la recherche, laquelle a absorbée la plupart des fonds incitatifs actuels (FNS, FRT), fonds qui n'ont pas encore versé tous les crédits attribués aux opérations déjà menées dans les universités (voir le communiqué officiel. Lien ci-dessous)