Accueil > Recherche  >  

Recherche

Contenu

agrandir le texte diminuer le texte taille optimale imprimer

Les échos de la journée nationale des directeurs d’unités de recherche

Dernière modification 26/01/12

Le CNRS, la CPU et l'Amue ont organisé conjointement pour la première fois, le 17 janvier 2012, une journée nationale d'accueil des nouveaux directeurs de recherche au Muséum national d'histoire naturelle, à Paris. A cette occasion, l'Amue a présenté les travaux en cours en vue de simplifier la gestion des unités de recherche.

Cette journée a eu lieu en présence du ministre Laurent Wauquiez et des présidents, Alain Fuchs (CNRS) et Louis Vogel (CPU). Elle s’est inscrite dans le double cadre d’une part, de l'accord CNRS-CPU qui ordonne leur dialogue stratégique à partir de la place centrale donnée à l’unité mixte de recherche et d’autre part, celui de l'accord du 15 décembre 2011 conclu entre le CNRS, la CPU et l'Amue, pour œuvrer à des simplifications dans les outils de gestion.

130 nouveaux directeur/trices d’unités ont participé à cette première action.

 

Après les introductions de Louis Vogel et de Alain Fuchs qui ont rappelé l’importance et les enjeux du copîlotage scientifique des unités de recherche, le ministre a annoncé que la simplification de la gestion était une priorité, qu’un « plan pour redonner de l'oxygène aux unités » était en  préparation et, que parmi  les propositions figurait la nécessité d'un  plan de refinancement de l'Amue.

L’après-midi, deux tables rondes étaient organisées portant sur le questionnement : « un nouveau management de la recherche à créer : quelles perspectives de simplification dans un environnement complexe ? ».

Ces tables rondes présidées par M. Hervé Douchin, Inspecteur Général de l’Administration de l’Education Nationale et de la Recherche furent animées par Jean-Michel Catin, Directeur du Pôle Enseignement supérieur et recherche de l’AEF.

Le financement de la recherche

La première table ronde a porté sur le financement de la recherche et plus précisément sur les conséquences pour le pilotage des unités de recherche, des effets sur la répartition entre les fonds récurrents et la part croissante du financement sur appels à projet.

Les échanges ont porté sur le temps consacré au travail administratif, notamment le temps passé à la rédaction des réponses aux appels d’offres qui empêchent les directeur/trices d’unités de se consacrer à des missions de pilotage et de coordination scientifique.
L'autre point largement abordé fut celui de la mise en place d’outils permettant le calcul des coûts complets en recherche et la mise en œuvre d’une comptabilité analytique ainsi que  la question du versement d'un préciput (ou « overhead »), destiné à prendre en charge les coûts indirects à titre forfaitaire.

Simplifier les outils de gestion > les travaux de l'Amue

 La deuxième  table ronde a été consacrée à  la question de la simplification des outils de gestion pour les unités et l’harmonisation entre EPST et universités (DGG, plateforme de services partagés,…).

Les discussions ont porté sur la nécessité d'harmoniser les procédures et les outils entre les universités et les organismes de recherche.
A cette occasion, l'Amue a présenté les travaux en cours en vue de simplifier la gestion des unités de recherche :

  • Caplab pour la description et le suivi des activités des laboratoires,
  • Geslab pour leur gestion financière
  • La construction d'un processus commun d'élaboration budgétaire DIALOG.

S'ajoutent à ces projets le « chantier transversal d'harmonisation des processus » ou encore l'instauration d'une politique d'achats mutualisée. il s’est agi également de présenter l'expérience de Strasbourg de création de plateforme de services partagés.

Les discussions qui ont suivi les présentations ont souligné l’importance de  prendre en compte l’accompagnement des personnels et l’harmonisation nécessaire de chacun des paramètres sociaux des établissements.

Consulter

Le discours du ministre lors de la journée des directeurs d'unités de recherche :