Accueil > Recherche  >  

Recherche

Contenu

Méta

Actualités Recherche

Date de création : 25/01/05

A lire aussi :

Le site

www.anrt.asso.fr


 

agrandir le texte diminuer le texte taille optimale imprimer

Propositions de l'opération Futuris

Dernière modification 25/01/05

Auteur : Rédaction


"Centralisé, peu réactif, peu compatible avec la construction de l'espace de recherche européen, le système français de recherche et d'innovation n'a pas aujourd'hui les moyens des ambitions qu'il affiche. Une réforme globale est nécessaire." En trois phrases d'introduction à leur dernière note de synthèse("Le système français de recherche et d'innovation – Propositions pour une réforme") l'équipe de "l'opération Futuris" donne le ton et avance ses idées.

Selon les auteurs, la réforme doit s'articuler autour de quatre pivots, comme la nécessité de "faire des choix cohérents et assumés ; rendre l'initiative aux chercheurs ; encourager les collaborations privées-publiques [ou] stimuler l'innovation".

Ainsi, le groupe de réflexion appelle à "mettre en place un Haut conseil de la recherche et de l'innovation" afin d'"élaborer une vision prospective, proposer au Gouvernement une répartition en coût complet du budget de la recherche et des incitations à l'innovation entre une dizaine de grands domaines, superviser l'évaluation des politiques publiques, des agences et des établissements [..]".

Afin de "rendre l'initiative aux chercheurs" les membres de l'opération Futuris proposent de "donner aux directeurs d'unité une délégation de gestion leur permettant de maîtriser l'ensemble de leurs moyens - y compris des personnels - en coût complet, et de passer des contrats avec des entités extérieures. Ils disposeraient de marges de manoeuvre pour attribuer des compléments de rémunération substantiels aux chercheurs les plus performants et seraient contrôlés a posteriori." Cette mesure s'accompagnerait de la permission faite aux établissements "de mettre en place une gestion des ressources humaines individualisée, adaptée à la multiplicité des activités des chercheurs (enseignement, recherche, valorisation, expertise, etc) et à la diversité des missions des unités"

Universités

Pour les auteurs "universités et organismes deviennent des opérateurs de recherche dont la tâche est d'organiser l'offre de compétences et de répondre aux demandes des agences de programme porteuses des objectifs de politique publique." Il est ainsi proposé de "permettre aux universités de se différencier et de proposer une répartition de leurs activités adaptée à leur contexte spécifique entre les enseignements de différents niveaux (licence, master, doctorat), la contribution au développement local, l'expertise, la valorisation, la formation continue." et de "donner aux organismes de recherche la possibilité de fédérer l'offre de compétences sur une thématique de recherche." Ces mesures seraient accompagnées par une évaluation "globale sur l'ensemble des missions et suivie d'effets"

Pour "stimuler l'innovation" et assurer "un couplage efficace entre l'enseignement supérieur, la recherche publique et le développement des entreprises" les propositions du groupe s'orientent vers la constitution de "pôles régionaux".

Leur développement serait favorisé par "une incitation à la constitution de pôles d'excellence d'envergure mondiale. Ces pôles pourraient constituer à terme les noyaux de nouveaux pôles de compétitivité et coordonner cette politique avec la mise en place de réseaux permettant des synergies avec des acteurs plus excentrés et de projets fédérateurs ou de grands programmes technologiques d'innovation et de création de marché européens [..]"


__________________________________________________________________________________


En décembre 2003 l'ANRT (Agence nationale de la recherche technique) décidait de créer "l'opération Futuris" regroupant acteurs de la recherche publique et privée mais aussi de la valorisation des la recherche et des citoyens.

Groupe de réflexion chargé de se concentrer sur l'évolution de la recherche en France, l'opération Futuris a vu sa mission prolongée jusqu'en juillet 2005 afin d'accompagner le projet de loi d'orientation sur la recherche.