Accueil > Recherche  >  

Recherche

Contenu

Méta

Actualités Recherche

Date de création : 21/01/04

agrandir le texte diminuer le texte taille optimale imprimer

Top 500 des universités : le président de Paris VI réagit

Dernière modification 21/01/04

Auteur : Rédaction

Dans un communiqué de presse, Gilbert Béréziat, président de l'Université Pierre et Marie Curie (UPMC) a réagi le 19 janvier aux résultats de l'enquête menée par l'université Jiao Tong de Shangaï. Cette étude établissait le classement des 500 meilleurs établissements d'enseignement supérieur à travers le monde.

Dans un communiqué de presse, Gilbert Béréziat, président de l'Université Pierre et Marie Curie (UPMC) a réagi le 19 janvier aux résultats de l'enquête menée par l'université Jiao Tong de Shangaï. Cette étude établissait le classement des 500 meilleurs établissements d'enseignement supérieur à travers le monde.

Si l'université dirigée par M Béréziat arrive en tête des établissements français, à la 65ème place, celui-ci regrette que "parmi les 50 premières universités européennes, on ne trouve que 4 universités françaises et l'Ecole normale supérieure ! "

Si M Béréziat reconnaît que si ce Top 500 se heurte à des "limites méthodologiques", il "ne laisse pas d'interroger sur les capacités offertes aux universités françaises d'assurer leurs missions de recherche au plan mondial." Quant aux bons résultats obtenus lors de cette enquête par l'UPMC, le président les explique notamment par "la qualité de la recherche effectuée au sein de ses laboratoires qui sont pour la plupart associés à l'INSERM et au CNRS et par ses 5 000 enseignants-chercheurs et chercheurs (…)"

Pour Gilbert Béréziat, ce classement met aussi à jour "la faiblesse des financements de l'enseignement supérieur dans notre pays". Il appelle les politiques à une action en conséquence afin de "doter les universités de centres d'excellence en recherche capables d'alimenter l'innovation." S'appuyant sur les réflexions d'économistes, il souligne que "seule une recherche dynamique et innovante est susceptible aujourd'hui de créer les conditions d'une relance de la croissance et de créer des emplois sur le moyen et le long terme."

Le président de l'UMPC conclut son texte par une question : "Les universités ne cessent de tirer des sonnettes d'alarme à ce sujet, seront-elles enfin entendues?"